« DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ANIMAL » — CAPSULE DAQ N° 32

« DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'ANIMAL » — CAPSULE DAQ N° 32

En 1977, la Ligue internationale des droits de l’animal adopte la Déclaration universelle des droits de l’animal qui est proclamée solennellement par l’UNESCO l’année suivante, à la Maison de l’UNESCO à Paris (1).

Depuis décembre 2015, au Québec, nous constatons l’émergence de la considération éthique et morale dans la prise de décisions concernant les êtres animaux. Cette notion est présentée dans plusieurs de nos capsules précédentes qui exposent son enchâssement dans la Loi BÊSA au Québec. Le législateur québécois souligne l’importance de la protection des êtres animaux en raison de la souffrance qu’ils peuvent ressentir. Les Québécois ont maintenant des obligations envers les êtres sensibles qui éprouvent de la douleur (ce que l’auteur Babadji nomme le « pathocentrisme » (2). Il s’agit d’une approche déjà adoptée par d’autres pays, y compris la France.

En 1989, cette Déclaration est modifiée et s’appuie sur une autre doctrine s’apparentant à :

« l’écologie radicale […] qui postule l’indifférenciation entre les êtres vivants » (3).

On assiste ainsi au passage d’une philosophie basée sur la protection de l’être animal à une seconde prônant la protection de la vie. Elle repose sur les rapports entre les êtres animaux et les êtres humains, et alors, sur une :

« coexistence des espèces [dans le monde impliquant] la reconnaissance par l’espèce humaine du droit à l’existence des autres espèces animales ». (4)

La Déclaration universelle des droits de l’animal n’a pas de portée juridique, car ce n’est pas une loi. Elle représente plutôt prise de position philosophique sur les rapports entre les êtres animaux et les êtres humains. (5)

Dans les prochaines capsules, nous poursuivrons le sujet de la Déclaration universelle des droits de l’animal qui suscite une controverse quant aux droits qui s’y retrouvent.

____________________

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_universelle_des_droits_de_l%27animal

(2) et (3) R. BABADJI, « L’animal et le droit : à propos de la Déclaration universelle des droits de l’animal », Revue juridique de l’environnement, vol. 24, no 1,‎ 1999, p. 9-22.

(4) Déclaration universelle 1989, 3e considérant du préambule.

(5) http://www.ffpanimale.fr/wp-content/uploads/2012/10/FFPA-D%C3%A9claration-Universelle-des-Droits-de-lAnimal.pdf

Laisser un commentaire